Classification

Les amphibiens (du grec amphibios : double vie) ont une vie larvaire aquatique et une vie adulte terrestre. On les apelle aussi les batraciens. Ce sont les premiers vertébrés à avoir tenté et réussi l’aventure hors de l’eau. On leur doit tout !


Dans nos contrées, les amphibiens se divisent en deux groupes :

Les anoures

Corps ramassé, pas de queue, pattes  souvent palmées, parfois adaptées au  saut et à la nage. Les larves aquatiques (têtards) possèdent une queue. 

(Grenouilles, crapauds et rainettes)

Les urodèles 

Corps allongé pourvu d’une queue, 4  pattes de même longueur. Les larves aquatiques munies de branchies externes  ressemblent à des adultes miniatures. (Tritons et salamandres)

Répartition

Sur les 5000 espèces d’amphibiens vivant dans le monde, seules 35 sont inventoriées en France métropolitaine, et seulement 14 en Lot-et-Garonne. 

Halte aux idées recues ! 

  1.  Les amphibiens peuvent être dangereux !  FAUX ! Même si certaines espèces possèdent des glandes qui produisent du venin (peu toxique), celui-ci est évacué par les pores de leur peau et ne peut être inoculé ! Aucun danger à l’horizon ! 
  2. Ils sont sales et gluants ! FAUX !Leur peau fine et très sensible (qui sert aussi d’organe respiratoire !) doit constamment être humide afin d’éviter la déshydratation. Ce sont des glandes à mucus qui assurent cette fonction. Rien de sale là-dedans.
  3. Les amphibiens passent tout leur temps dans l’eau !FAUX ! Tous rejoignent l’élément liquide pour la ponte ou la parturition, mais la plupart quittent ensuite le point d’eau. Certaines espèces sont même aussi à l’aise dans l’eau qu’un chat dans une baignoire !
  4. Ils annoncent un mauvais présage ! FAUX !Encore une croyance moyenâgeuse qui cause tant de tort à ces animaux qui sont au contraire très utiles ! Comme dit Mamie, un crapaud dans le jardin, beaucoup de limaces en moins !
  5. On peut tuer ces bestioles ! Très mauvaise idée. Et d’une car elles méritent le respect comme n’importe quel être vivant, et de deux car elles sont d’excellents auxiliaires, et enfin car elles sont aujourd’hui pour la plupart protégées par la loi, car très menacées !